PARIS / EXPOART

 / PARIS / EXPOART
PARIS / EXPOART

Mémoires fertiles

Exposition duo / en cours

Le réalisme n’est pas – tant s’en faut – le trait recherché par les deux artistes Catherine Geoffray et Armelle de Sainte Marie, réunies dans l’exposition « Mémoires fertiles » à la progress gallery. Cependant, leur prêter des intentions totalement abstraites serait tout aussi inexact. Disons plutôt qu’elles situent leurs oeuvres dans certaines franges de la vraisemblance, à équidistance entre le naturel et le surnaturel, dans la zone grise entre le réel et l’imaginaire. Leurs processus de création ont définitivement évacué la tentation de figurer le tangible. Mais peut-il en être autrement quand même les rêves nous tiennent éloignés de la réalité ?

Exit le monde réel donc, et pourtant, ce qu’Armelle de Sainte Marie et Catherine Geoffray échafaudent chacune de leur côté, pourrait bien valoir aussi comme mondes. Ils existent dans l’espace, ont un poids – en argile ou en valeurs de couleurs – et une composition, qui déterminent des points d’appui, un haut et un bas, une pesanteur qui les ancre dans un espace, des fondations sur lesquelles se tenir.
Aussi bien Catherine qu’Armelle, les deux artistes composent un monde organisé, complet, autonome et clos, régi par un système interne cohérent et vraisemblable, auquel elles réclament que nous consentions . La paréidolie naturellement à l’oeuvre fait le reste (1) : on reconnaît – croit-on ! – ici une cascade ou un coquillage, une caverne ou un cartilage. Armelle évoque à ce propos des « réminiscences, issues d’une mémoire fertile (2) » ; Vilém Flusser aussi soulève à sa manière cette question cruciale : « Comment peut-on regarder quelque chose correctement ? Peut-on vraiment regarder quoi que ce soit indépendamment de toute vision du monde ? Ne voit-on pas toujours ce que l’on croit voir (3) ? ».

Ainsi jaillit à la vue des oeuvres d’Armelle et Catherine le souvenir d’anomalies zoologiques, de curiosités géologiques, de découvertes botaniques, rencontrées
ou rapportées. Ou bien encore, les oeuvres exposent à la même impression de glissement de vraisemblance que les rêves font surgir : « Des faits plus inadmissibles se présentent sans que j’en voie l’impossibilité. Tout au plus aperçois-je – et encore – une légère incongruité4. » relève Henri Michaux en auscultant ses rêves. À notre tour, malgré leur peu de correspondances avec la réalité, de croire tout cru aux systèmes que les artistes mettent sous nos yeux.

Magie du rapprochement, les mondes de Catherine et d’Armelle se superposent sous certains angles, sous certaines lumières. Des points de jonction se révèlent et ouvrent le passage d’une oeuvre à l’autre. Par les formes d’abord : les objets de Catherine pourraient vivre dans les tableaux d’Armelle, et inversement. Chez les deux s’opère une exploration du vivant, dans ses marges, confinant à l’aberration, mais sans risquer le monstrueux pour autant. Surtout, un état changeant, ou plutôt des états, imprègnent les formes perçues comme fluides, en mouvement ou encore en devenir. Est-ce dû aux détails chez Catherine, saisis à différents stades, qui font penser à une croissance toujours en cours ? Ou bien chez Armelle, aux sensations d’expansion d’un paysage d’après Big Bang, en cours de gestation à l’échelle des temps géologiques ?

Le monde de Catherine est habité par le règne animal, humain et végétal. En atteste la relative symétrie des formes, poussée vers la bipartition : deux lobes, deux pieds, deux antennes, etc. Et les détails de texture, évidemment : peau, enveloppe, carapace servant à qualifier les surfaces. Chez Armelle, c’est le règne minéral et les paysages architecturés qui prévalent, même si l’animal a fait son apparition récemment sous le duvet de la touche, sous le plumage des couleurs. Cette recherche de matière trouve son origine dans l’emploi nouveau de l’acrylique qui incite la peintre à un travail de modelé en surface.

Chacune tire profit au maximum de son medium. La sculpture offre la prééminence de sa tridimensionnalité, exploitée par Catherine dans les creux, les orifices, les points aveugles créés par les plis et replis de matière. Armelle explore à fond la picturalité et le choix de sa palette frappe par sa vivacité. Elle est une authentique coloriste, à la recherche du ton qui émeut, des associations vibrantes et astringentes. Elle nourrit un « appétit », comme elle le qualifie, pour les couleurs.

Chez les deux, pas de croquis préparatoire, pas de pensée prévisionnelle. Le geste prend le pas sur l’esprit, la main guide la forme. Armelle se laisse emporter par le geste de peindre quand Catherine modèle de délicates sculptures, à l’échelle de sa paume. Les formes s’engendrent les unes les autres, elles se déduisent, se recouvrent ou s’ajoutent. Comme dans la nature, pourvu que le terrain soit propice, que le climat s’y prête et la croissance spontanée trace son chemin, harmonieux et heureux.
L’une et l’autre évoquent l’inconscient à l’oeuvre. Catherine se fait scribe de ses rêves5, la forme passe en elle et se fixe en précipité dans la porcelaine. Sans détour, elle souligne que « Les formes qui émergent de la terre crue n’illustrent pas les rêves. Elle se font dans le même état de concentration reliéedans lequel m’a plongée le travail des rêves (6). » Armelle aussi évoque des paysages d’enfance, retrouvés dans les rêves. Assurément, plus que des oeuvres formées d’après l’expérience onirique, peut-être est-il plus juste d’évoquer des images intérieures filtrées et nécessairement traduites. Par suite, ces oeuvres deviennent des supports à la rêverie du spectateur, et comme le rêve, proposent des énigmes à déchiffrer.

Dessin versus couleur, idée contre sensation, la vieille antienne est ici balayée au profit de la spontanéité et de la boulimie. Armelle et Catherine s’allègent de l’intentionnalité et se donnent sans réserve à la joie de peindre et de modeler. Catherine l’exprime par la « sensation d’être tout entière à ce que je suis en train de faire7 ». Les deux sont particulièrement généreuses dans la profusion des formes, dans l’ampleur de la production, dans le flot bouillonnant des matières : innombrables détails et touches, multiples couleurs et textures, accomplissement de finesse et de sophistication. Dans la gourmandise de la courbe, on surprendrait presque une tendance baroque.

En démiurges, Catherine et Armelle créent paysages et êtres à leur convenance et prolongent la nature en l’enrichissant de nouvelles créatures et de nouveaux horizons. Par suite et par enchantement, ce qu’il nous est donné de voir pourrait bien être la préfiguration d’une nouvelle ère.

« Insatisfaction par les rêves : Peut-être est-ce encore plus contre mes rêves de nuit que contre ma vie, que je faisais mes dynamiques rêves de jour,
rêveries que je savais rendre fascinantes, exaltantes. Après les rêveries, plus de rêves. Nuits calmes, profondes. »
Henri Michaux (8)

Laetitia Chauvin, août 2019

  1. En creusant un peu le phénomène de la paréidolie, on apprend que cette disposition pourrait être la cause d’un avantage évolutif ayant mené à une hypersensibilité à détecter une présence, qui favorise la survie au risque d’erreurs : mieux vaut croire reconnaître une présence qui n’est pas là, plutôt que ne pas détecter une présence. Nous tentons une hypothèse : la paréidolie ne serait-elle pas l’un des facteurs décisifs de
    l’apparition de l’art ?
  2. Armelle de Sainte Marie, États de matière, Cahier n°65, Artothèque Antonin Artaud, Marseille, 2017, p. 6
  3. Vilém Flusser, Les gestes, « Le geste de peindre », Al Dante, 2014, p. 268
  4. Henri Michaux, Façons d’endormi, façons d’éveillé [1969], Gallimard, coll. L’imaginaire, 2006, p. 17
  5. Depuis 2014, Catherine Geoffray s’astreint à une routine quotidienne bien réglée, comme un musicien
    pratique ses gammes. Elle retranscrit les rêves de la nuit précédente durant le trajet de métro qui la mène à l’atelier, puis en extrait des images qu’elle dessine, avant de se mettre au travail de modelage de la
    porcelaine. Dessins et textes sont consignés dans des carnets, que Catherine publie à compte d’auteur dans de jolis livres de poche, à raison de deux par an en moyenne.
  6. Catherine Geoffray, Souvent, je rêve…, 2016, p. 9
    7. Ibid.
    8. Façons d’endormi, façons d’éveillé [1969], op. cit., p.31

œuvres exposées / armelle de sainte marie

01-adsm-terribles-jardins-125x300cm-2019-2-eb68a1e0f91a5928599c35a2ce6b6d3d
Terribles jardins

acrylique sur papier,
125×300,
2019

03-adsm-odyssee-40-hd-fn-130x97cm-2019bs-a2415fb4a64d270e15bdb66807b0380c
Odyssée 40

huile sur toile,
130x97cm,
2019

02-adsm-odyssee-33-hd-fn-130x97cm-2018bs-255f6eaa7a8679ef06ce55d1d8cc9270
Odyssée 33

huile sur toile,
130x97cm,
2018

04-adsm-hybride-12-hd-fn-81x65cm-2018bs-1ce7e0ddba0c0ce98b5b962550f903f4
Hybride 12

acrylique sur toile,
81x65cm,
2018

15-adsm-sans-titre-27-hd-fn-35x24cm-2019bs-f5dfa24bff13d22c9349652092b6905c
Sans titre 27

acrylique sur toile,
35x24cm,
2019

19-adsm-sans-titre-23-hd-fn-30x24cm-2017bs-507d1441caf7d862e5368046282763e7
Sans titre 23

acrylique sur toile,
30x24cm,
2017

sans-titre-19-hd-fn-35x24cm-2016-2d99875664bc974e15935a0b1204d8ec
Sans titre 19

acrylique sur toile,
35x24cm,
2016

14-adsm-sans-titre-21-35x24cm-2016bs-576efe614cb05ef914ca8afa4ce124f9
Sans titre 21

acrylique sur toile,
35x24cm,
2015

13-adsm-sans-titre-24-hd-fn-35x27cm-2019bs-dcc12e49e7144f831f17febaed152648
Sans titre 24

acrylique et huile sur toile,
35x27cm,
2019

18-adsm-sans-titre-22-hd-fn-30x24cm-2017bs-fd859cf4d6e0b3f92f9b2c0765910f96
Sans titre 22

huile sur toile,
30x24cm,
2017

16-adsm-gueule-du-loup-hd-fn-33x41cm-2019bs-8171c8fd7a33d6b5be91572cfd09ae22
Gueule de loup

acrylique sur toile,
33x41cm,
2019

22-adsm-tranche1-221x29-7cm-2019bs-e4804af7e0b84750061ee7c4ea0c5cb5
Tranche 1

acrylique sur papier toilé,
21×29,7cm,
2019

23-adsm-tranche-221x29-7cm-2019-2-bs-ada00e535890df3ba684f526541de4fd
Tranche 2

acrylique sur papier toilé,
21×29,7cm,
2019

24-adsm-tranche-221x29-7cm-2019bs-ce7df488576999c152fc11d57d9143a0
Tranche 3

acrylique sur papier toilé,
21×29,7cm,
2019

25-adsm-tranche4-221x29-7cm-2019bs-873a00c052e62e9a8aabb725af4d9e83
Tranche 4

acrylique sur papier toilé,
21×29,7cm,
2019

adsm-tranche5-26-221x29-7cm-2019bs-35cc3d42f64583ba8108f54154bd7fb7
Tranche 5

acrylique sur papier toilé,
21×29,7cm,
2019

27-adsm-tranche6-221x29-7cm-2019bs-3d3adbd2439ed528c9c1c5abded9994a
Tranche 6

acrylique sur papier toilé,
21×29,7cm,
2019

28-adsm-tranche7-221x29-7cm-2019bs-4f86a9363e90241c7ee2f43603ae85af
Tranche 7

acrylique sur papier toilé,
21×29,7cm,
2019

08-adsm-lewis-c.island-hd-fn-66x103cm-2019bs-a2e364309dbb8621e24527128815c90e
(oeuvre en réserve) Lewis C. island

acrylique sur papier, 66x103cm, 2019

06-adsm-linga-1-hd-fn-122-x77cm-2018bs-24c2d498073a7d74a150bff02205e303
(oeuvre en réserve) Linga 1

acrylique sur papier, 122x77cm, 2018

enclos-65x50cm-2019-730bd857e254ce29d4847ed51a5122cd
(oeuvre en réserve) Enclos

acrylique sur papier, 65x50cm, 2019

21-adsm-i-wish-i-was-a-witch-hd-ar-19x27cm-2019bs-e4af279a2b4b68d7cc3e0b9396b99846
(oeuvre en réserve) I wich I was a witch

huile sur bois, 19x27cm, 2019

07-adsm-linga-2-hd-fn-122x77cm-2018bs-e17963320da7929e3efad4ce1ba7498c
(oeuvre en réserve) Linga 2

acrylique sur papier, 122x77cm, 2018

menine-hd-fn-65x50cm-2018-95ffcecff5145078309bf76bb634a39b
(oeuvre en réserve) Ménine

acrylique sur papier, 65x50cm, 2018

mont-29-7x21cm-2019-15a9890d0de28079933328d5f8957391
(oeuvre en réserve) Mont

acrylique sur papier, 29,7x21cm, 2019

10-adsm-nid-sans-titre-aa-acry-56x77cm-2018bs-c7976cafb6ff49ee07f272bb9bae852c
(oeuvre en réserve) Nid sans titre

acrylique sur papier, 57x77cm, 2018

05-adsm-odyssee-36-hd-fn-81x65cm-2019bs-1a6d3d31a3ac8f4e80bfcfefa048b0bd
(oeuvre en réserve) Odyssée 36

acrylique sur toile, 81x65cm,2019

11-adsm-machin-truc-hd-fn-57x77cm-2018bs-71f926643772f28eafbcc259004d33a4
(oeuvre en réserve) Sans titre

acrylique sur papier, 57x77cm, 2018

20-adsm-sans-titre-26-hd-fn-27x35cm-2019bs-90aba7419ec1b0a96af4b7d3a570332d
(oeuvre en réserve) Sans titre 26

acrylique sur toile, 27x35cm, 2019

17-adsm-sans-titre-28-hd-fn-30x40cm-2019bs-6dc4d5b72623f1fe3f0ccbb96c1d50b8
(oeuvre en réserve) Sans titre 28

acrylique et huile sur toile, 30x40cm, 2019

09-adsm-sans-titre-ou-le-repos-de-pegase-hd-fn-66x103cm-2018bs-17554c24d6ff249e61ff5a87d88e70ba
(oeuvre en réserve) Sans titre ou Le repos de Pégase

acrylique sur papier, 66x103cm, 2018

sans-titre-acryl-42x29-7cm-42x30cm-2018-68df0c0cc09e6de14ac74a5f03385f0d
(oeuvre en réserve) Sans titre

acrylique sur papier, 42x30cm, 2018

œuvres exposées / catherine geoffray

p62-1-2b0bdb3a167253573d452a48c7fce7dc
p62

20x17x14cm,
porcelaine blanche,
2014

cg-p106-26x20x12cm-2014r-581d9891eb455b8f004ec1294bb92fb1
p106

26x20x12cm,
porcelaine blanche,
2014

p128-1-dbd5bb05005a7ee274326a6a034850d1
p128

22x14x21cm,
porcelaine blanche,
2014

cg-p207-25x18x12cm-2015r-f6c0166e417bebdec09a401d5d7fdc1d
p207

25x18x12cm,
porcelaine blanche,
2015

cg-p216-22x15x31cm-2016r-ac94c9db43b9dad02beb82dc3d2ec12e
p216

22x15x31cm,
porcelaine blanche,
2016

cg-p234-30x20x21cm-2016r-d7be1e17695c67cf3bd7ee2e25db6eb8
p234

30x20x21cm,
porcelaine blanche,
2016

cg-p270-26x20x12cm-2016r-67e920d574113fe2792836be6237b012
p270

26x20x12cm,
porcelaine blanche,
2016

cg-p273-25x27x26cm-2016r-6f59eaa988fab9bdcf5992b25683d829
p273

25x27x26,
porcelaine blanche,
2016

cg-p279-16x16x23cm-2016r-2cf56e61da59d8f969dd7a13e78184f8
p279

16x16x23cm,
porcelaine blanche,
2016

cg-p295-16x15x16cm-2017r-b66ca716141e4d152d43d712ae48ef06
p295

16x15x16cm,
porcelaine blanche,
2017

cg-p318-20x15x13cm-2017r-1e8ecd703a0ba63ec64f05ffbbb42e1e
p318

20x15x13cm,
porcelaine blanche,
2017

p327-1-19d9d26fe94fc4321a490a20537525ed
p327

23cmx17cmx12cm,
porcelaine blanche,
2017

cg-p334-32x24x24cm-2017r-549eb4e129f08c51eff6496f814d62b9
p334

32x24x24cm,
porcelaine blanche,
2017

p354-1-3f1764c6fae7aba7fd2f3b86ddb6ebfc
p354

17x17x20cm,
porcelaine blanche,
2017

cg-p379-29x16x12cm-2018r-40d72317c2e991b825961c2cce13d36a
p379

29x16x12cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p392-25x18x14cm-2018r-bbab8e35af446e416248036dbadcc377
p392

25x18x14cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p397-25x20x9cm-2018r-5ebe3ef02b40088034937e1414e33d0f
p397

25x20x9cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p400-33x17x10cm-2018r-25722c6dd4c3d8fc8bd8deac824f4195
p400

33x17x10cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p423-28x15x8cm-2018r-197390a229ffc219d4c850b3b5c56669
p423

28x15x8cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p427-26x22x16cm-2018r-8758f52be071f3b95c71fc3078b6525b
p427

26x22x16cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p429-12x12x32cm-2018r-42008101db0d1a07d5d74ebe0cfd885c
p429

12x12x32cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p431-20x20x12cm-2018r-f09edca02bbca9681f40b6f38a550f14
p431

20x20x12cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p432-26x21x16cm-2018r-c9c8c4e000ef29250eb0743307b08227
p432

26x21x16cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p439-26x17x10cm-2018r-4136128d653ecff1c640d1a12b7f2a9f
p439

26x17x10cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p443-21x13x10cm-2018r-4f6b3e4867f1c61004427cd60ed109ab
p443

21x13x10cm,
porcelaine blanche,
2018

cg-p456-25x17x15cm-2019r-b877c4e60399d091d6269d8a63836b12
p456

25x17x15cm,
porcelaine blanche,
2019

cg-p479-30x18x10cm-2019r-dc1fb552ce8415650175f65bd4da2d6f
p479

30x18x10cm,
porcelaine blanche,
2019

Lliz – hilos (video oficial )

Lliz – hilos (video oficial)

Lliz presenta Hilos ! Direccion y fotografia : Rodrigo Vera Ulloa, Producción Musical: Diego Lizama A., Letra: Diego Lizama A., Grabación: ZotanoPro Chile, Mezcla: Diego Lizama., Mastering: Scmastering Chile, Samy Cisternas

NOTICIAS DE ROCK, METAL, HARD, LATINO URBANO, REGGEATON, FUSIÓNM Y MÁS…

Una joven Santa Para Chile: 100 años

Una joven Santa Para Chile: 100 años

Por EUGENIO RENGIFO

Thomas Daskam y Jürger Rottmann Fotografías de Aves de Chile. Parte 1

LA GALETTE FIESTA DE REYES

Suscríbete

Noticias de forma automática

Staff

Eduardo Parra – Director / Editor

David E.Mendoza – Director de Contenido

Fernanda Schell – Editora de Espectáculos

Sandra Bela – Turismo y Gastronomía

Eugenio Rengifo – Flor de Identidad

Adolfo Vera – Sobre Fotografía

Roger Pérez – Corresponsal Sur

Eduardo Waack – Corresponsal Brasil

Guillermo Contreras – Corresponsal Baires

Lorena Jara – Colaboradora

Magú Francisco – Colaboradora

 

EDITORA VIRTUAL CHASKI PRESS

chaskipress@chaskipress.com